8/10

Resident Evil 7 - Biohazard

Resident Evil est enfin de retour avec un épisode de la saga officielle qui vous emmènera en Louisiane ! Tel Christophe Maé, tomberez-vous sous le charme du bayou... ?

Resident Evil est de ces sagas vidéo-ludiques ayant une place à part dans l'histoire de ce médium : il a participé, avec d'autres, à la popularisation et à la renommée du Survival Horror avec des épisodes désormais cultes. Mais ces dernières années, la saga tombait un peu en désuétude avec un épisode 6 pas très fameux et un Umbrella Corps sorti l'année dernière (et critiqué par votre serviteur ici), franchement mauvais ! C'était donc d'un oeil curieux mais dubitatif, que je voyais se profiler la sortie future d'un nouvel épisode qui revendique un retour aux sources de l'horreur mais en mode FPS, grande première pour un épisode officiel de la série. Mais alors que la sortie s'approchait, mes collègues ont pu réaliser une preview (ici) du jeu en VR, les échos semblaient encourageant et faisaient pour certains référence à un certain PT, le trailer interactif du Silent Hill avorté, porté par Hideo Kojima & Guillermo Del Toro. Puis le jour fatidique est arrivé et, après un bref essai en VR, j'ai pu lancer la bête sur ma console préférée...



Mia semble avoir attrapé un petit virus en l'absence d'Ethan...

Resident Evil 7 vous met aux contrôles d'Ethan, un monsieur-tout-le-monde dont la femme Mia a disparu 3 ans auparavant. Un beau jour, ce dernier reçoit un message vidéo de Mia lui demandant de venir la chercher en Louisiane. Ni une, ni deux, notre brave héros s'y rend ventre à terre en espérant sauver sa dulcinée mais une fois sur place, le lieu de rendez-vous s'avère être une maison délabrée en plein milieu du bayou. Pour ne rien spoiler du début, qui vous met bien dans l'ambiance, Ethan retrouvera rapidement Mia mais tout ne se passera pas comme prévu et il lui faudra employer toute la ruse et les armes dont il dispose pour se sortir des griffes de la famille Baker, des bons gros tarés qui mangent les gens et semblent dotés de pouvoirs surnaturels. Soyez tout de suite prévenus, exit les zombies dignes de tonton Romero et bonjour la famille de dangereux rednecks, qu'on dirait tout droit sortie de La maison des mille morts de Rob Zombie.



Chez Daddy Baker, ce qui fait le plus peur, c'est la chemise jaunâtre

C'est donc une partie de cache-cache dans une grande propriété qui s'instaurera entre Ethan et les Baker et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'ambiance est très réussie : les passages où vous devrez échapper à l'un ou l'autre des membres de cette terrible engeance font bien monter le trouillomètre, surtout lorsqu'on réalise qu'ils sont quasiment immortels. Mais même lorsqu'on ne tente pas de leur échapper, on fait bien attention à ce que l'on fait, les oreilles à l'affût du moindre bruit suspect, pour ne pas tomber nez à nez avec l'un d'entre eux. Le reste du temps, vous parcourrez cette grande demeure (affichant quelques références aux premiers épisodes) en résolvant des mini-énigmes, collectant divers items à combiner pour créer toutes sortes d'objets utiles (potions, munitions...) à stocker dans votre inventaire très limité, vous forçant vite à faire des choix. L'une des très bonnes idées de ce jeu sont les cassettes vidéos : ces dispositifs d'un autre temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître (la bohèèèèèmeuh), sont disséminés un peu partout et une fois insérés dans un magnétoscope, vous permettront de revivre comme si vous y étiez, divers épisodes du sombre passé de cette demeure. Les ressorts utilisés pour faire peur demeurent très classiques mais efficaces : jump scares, silhouette vaguement humaine passant devant une porte, des bassines de tripes et autres organes disséminés un peu partout...



Le hall de la maison des Baker a un petit air du hall du tout premier Resident Evil

Ça, c'est la première partie du jeu et il faut reconnaître qu'elle est diablement efficace ! La seconde, moins réussie, tente de rattacher cet épisode au train des précédents épisodes et vous met face à des infectés bien moins retors que les Baker. C'est dommage de retomber dans du classique mais on ne peut pas être bon tout le temps. L'une des seules "critiques" que je pourrais trouver à formuler concerne la compatibilité avec le PlayStation VR : ayant pu tâter du bestiau à la soirée de lancement, je dois admettre qu'elle est très réussie et immersive malgré une qualité graphique amoindrie. Non, le problème c'est que le jeu m'est apparu comme clairement optimisé pour la VR : si vous ne l'avez pas, vous aurez déjà une aventure prenante et réussie mais on a en permanence ce sentiment que ça serait beaucoup mieux avec un casque sur les yeux, notamment quand des lames de couteau viennent s'arrêter à 3 cm des yeux d'Ethan. L'aventure complète se vivra donc avec le PS VR mais l'investissement est lourd...



Toi aussi, après t'être mangé une pelle en pleine tête, met de l'antiseptique sur tes mains pour aller mieux

Resident Evil 7 - Biohazard est donc une vraie bonne surprise et apporte un peu de sang neuf à une saga qui en avait grandement besoin. Si cette nouvelle orientation plus portée sur l'ambiance, le FPS et l'immersion ne vous rebute pas, foncez et vous ne serez pas déçus. Si vous ne jurez que par les premiers épisodes et que la vue en première personne vous rebute, passez votre chemin mais ce serait passer à côté d'un jeu réussi, malgré ses "trahisons" envers les épisodes originaux.

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques